Tribune pour des « lois » de l’intelligence artificielle

Les questions juridiques et éthiques soulevées par l’intelligence artificielle (I.A.) sont particulièrement d’actualité. En effet, se déroule en ce moment même en Suisse, depuis le 17 janvier et jusqu’au 20 janvier prochain, l’édition 2017 du Forum économique mondial de Davos (#wef17).

#Humanity by Default et by Design

A Davos, lors d’un Key Moments « An Insight, An Idea », Sergey Brin, cofondateur de Google (aujourd’hui Alphabet) a donné sa vision de l’évolution technologique résultant de la robotique et surtout de l’intelligence artificielle ainsi que la place de l’humain.  Sergey Brin « n’a pas prévu la révolution de l’intelligence artificielle qui a transformé l’industrie de la technologie ».

Sergey Brin (Google Alphabet) His vision of Artificial Intelligence at World Economic Forum https://www.youtube.com/watch?v=ffvu6Mr1SVc

Sergey Brin (Google Alphabet) His vision of Artificial Intelligence at World Economic Forum

#WEF17 Davos – An Insight, An Ideal With Sergey Brin.

A la question « Où l’IA nous mènera-t-elle ? », Sergey Brin a répondu « Que peuvent faire ces choses? Nous ne connaissons pas vraiment les limites ». Sergey Brin a ajouté « Il a des possibilités incroyables. Je pense qu’il est impossible de prévoir avec précision ».

A l’instar des trois lois de la robotique d’Asimov, lors du Forum Economique Mondial,  Ginni Rometty, Chairman, Président and CEO d’IBM a également proposé trois principes éthiques pour une responsabilité éthique de l’IA.  

Ces trois principes  légèrement reformulés sont les suivants :

  • premier principe – Humanity by Default et By Design. Le but de l’intelligence artificielle et l’augmentation des capacités de l’humain, de l’utilisateur, l’IA doit toujours être au service de ce que font les humains ;
  • deuxième principe – Transparence et connaissance des capacités d’apprentissage et des données utilisées. L‘humain doit pouvoir à tout moment savoir qu’il utilise un sytème d’intelligence artificielle, comment l’apprentissage supervisé a été réalisé et avec quelles données ;
  • troisième principe – Compétence et formation aux technologies cognitives et à l’IA. L’humain doit avoir les compétences et être formé aux technologies cognitives afin de garder le contrôle de l’intelligence artificielle.

Ginni Rometty, Chairman, Président and CEO d’IBM World Economic ForumSo

Source : WEF 2017 Ginni Rometty, Chairman, Président and CEO d’IBM.

Stratégie nationale pour l’intelligence artificielle – Plan France IA

La France n’est pas en reste et les autorités publiques souhaitent également une réflexion, sur les enjeux et défis de l’Intelligence artificielle.  

Pour Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargé du Numérique et de l’Innovation et Thierry MANDON, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, doivent annoncer demain matin 20 janvier le lancement du plan France IA, pour la définition de la Stratégie de la France pour l’intelligence artificielle.

Quels sont les bénéfices attendus du développement de l’intelligence artificielle et de ses applications ? Quel sera l’impact de l’accélération actuelle du recours à l’IA dans de nombreux secteurs d’activité, sur la société, le travail et l’économie ? Autant de questions qui se posent aujourd’hui.

D.G,  (c) 19.01.2017

Subscribe To Our Droit-Robots Newsletter - Inscrivez à notre Newsletter Droit-Robots

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This